CONSULTATION, CONSEIL, INFORMATION ET FORMATION !

LA PARAPSYCHOLOGIE À VOTRE SERVICES !

SES DIFFÉRENTS NIVEAUX DE CONSCIENCES !

SCIENCE OU PSEUDO SCIENCE !

SES VALEURS, SES RECHERCHES, SES EXPÉRIENCES !

 

La parapsychologie est l'étude pluridisciplinaire au moyen de la méthode expérimentale de phénomènes qui mettraient en jeu le psychisme et son interaction avec l'environnement. Ces phénomènes sont appelés phénomènes Psi. Les fondateurs de cette discipline sont Joseph Banks Rhine et Max Dessoir. La parapsychologie a succédé historiquement à la métapsychique, qui étudiait le somnambulisme et les médiums au XIXe siècle. Pour les scientifiques, la parapsychologie est néanmoins considérée comme une pseudo-science.

La parapsychologie tente d'établir scientifiquement l'existence du Psi. Les phénomènes psi sont généralement classés en deux grandes catégories :

  • Les perceptions extra-sensorielles (PES) : clairvoyance, précognition, télépathie ;
  • La psychokinèse (PK) : macro-PK (sur des objets de taille « normale »), micro-PK (au niveau quantique), bio-PK (sur des organismes vivants).

La parapsychologie est généralement considérée dans les milieux scientifiques comme une pseudo-science à cause de son incapacité à prouver l'existence de son objet d'étude, le Psi, mais aussi par sa remise en cause des principes de nombreux autres domaines scientifiques, comme la physique fondamentale ou la biologie. Les recherches en parapsychologie sont critiquées, voire démystifiées, par les scientifiques relevant du Scepticisme scientifique. Les sceptiques reprochent essentiellement aux parapsychologues de ne pas « donner sa chance à l'hypothèse H 0 ». Ils acceptent de remettre en question des points de théorie, mais jamais leur postulat de départ, qui est l'existence du Psi, posée a priori. Le psychologue James Alcock répertorie les principaux arguments sceptiques contre l'existence du Psi.

À l'inverse, la psychologie des expériences inhabituelles est une discipline qui étudie les phénomènes prétendument paranormaux dans une perspective psychologique, sociologique ou encore ethnologique, sans référence au Psi.

La parapsychologie naît à la fin du XIXe siècle en Angleterre au Trinity College à Cambridge sous l'influence de Henry Sidgwick et Frederic William Henry Myers.

L'illusionniste américain, James Randi, et en France le bio-physicien Henri Broch du Laboratoire de zététique de l'Université de Nice Sophia-Antipolis et le magicien Gérard Majax ont offert un million de dollars à quiconque prouverait l'existence d'un phénomène Psi, sans que jamais personne ne parvienne à relever le défi.

Les origines de la parapsychologie

Les premiers travaux scientifiques sur les phénomènes psychiques exceptionnels sont dus, à la fin du XIXe siècle à Joseph Banks Rhine et Max Dessoir. C'est ce dernier qui créa le terme parapsychologie :

«  Le mot n'est pas joli, mais d'après moi il a l'avantage d'étiqueter de façon concise un domaine auparavant sans nom à mi-chemin entre le normal et l'anormal ou pathologique, et, après tout, on ne demande pas plus à un tel néologisme qu'une utilité pratique.

Nous dirons donc que la parapsychologie envisage trois sortes de manifestations : celles que l'on considère comme des écarts à la norme, au-dessus ou au-dessous de celle-ci, ou celles se trouvant dans une zone frontière entre les deux et qui peuvent dériver vers les une ou vers les autres.  »

— Max Dessoir, in Sphinx, juillet 1889

 Les chercheurs en parapsychologie

Le terme de parapsychologue fait le plus souvent référence à un chercheur possédant un diplôme de psychologie, bien que des scientifiques d'origines très diverses (physiciens, médecins, biologistes...) en viennent à se spécialiser dans ce domaine. Certains pays, tels que le Royaume-Uni, ont mis en place des diplômes d'état portant spécifiquement sur la parapsychologie. La quasi-totalité des parapsychologues sont membres d'une association scientifique spécifique, la Parapsychological Association (PA) organisme membre de l'AAAS. Les conditions pour devenir "Full member" de cette association sont les suivantes : détenir un doctorat, avoir publié un article traitant de parapsychologie reconnu par les membres de l'association comme étant de bonne qualité et ayant été publié dans un journal scientifique ou le méritant, et être coopté par deux membres de l'association. Ces critères sont par exemple quasi identiques à ceux de l'American Psychological Association.

De ce point de vue, rien ne distingue le chercheur en parapsychologie d'un chercheur dans n'importe quel autre domaine d'activité scientifique. C'est d'ailleurs l'avis du sceptique Ray Hyman : "La plupart des parapsychologues expérimentaux ont des diplômes universitaires (...) Ils ont été formés à utiliser les mêmes contrôles expérimentaux et techniques statistiques typiques de l'investigation scientifique."

Le nombre de membres de la PA semble relativement stable depuis plusieurs années, avec environ une centaine de "Full Members". Si l'on inclut les diverses catégories de membre de la PA on peut compter qu'environ 200 chercheurs travaillent dans le domaine de la parapsychologie à travers le monde, dont un quart effectue des recherches à plein temps au sein de structures officielles. Il existe environ une vingtaine de laboratoires universitaires travaillant sur la parapsychologie. La plupart sont situés en Grande-Bretagne.

 En voici quelques exemples :

  • la Koestler Parapsychology Unit (KPU) de l'université d'Édimbourg,
  • le département de parapsychologie de l'université de Northampton en Angleterre
  • la chaire de parapsychologie de l'université d'Utrecht aux Pays-Bas,
  • le département de parapsychologie de l'université de Lund en Suède,
  • La Perrott-Warrick Research Unit du département de psychologie de l'université d'Herfordshire,
  • L'Anomalistic Psychology Research Unit de l'Université Goldsmith de Londres,
  • le Princeton Engineering Anomalies Research (PEAR) de l'université de Princeton qui n'est actuellement plus en fonctionnement.

Le problème de la théorie

Il n'existe pas actuellement de théorie scientifique unanimement acceptée permettant d'expliquer les résultats obtenus par les parapsychologues. Il existe cependant des « modèles de compréhension » permettant de déterminer quels sont les paramètres permettant d'obtenir des effets psi (meilleurs résultats chez les sujets liés affectivement, importance de certains caractères psychologiques, etc.) et des esquisses de théories descriptives comme le modèle de l'information pragmatique (Lucadou, 1987).

La journaliste Lynne Mc Taggart dans son enquête L'univers informé (Ariane, 2006) retrace l'aventure des recherches qui tendent à dessiner un nouveau paradigme scientifique sur un univers en interrelation où l'esprit et le corps humain sont baignés et reliés par un « champ d'énergie ». Ces théories ne font pas non plus consensus, en particulier concernant le fait qu'elles contredisent ou non les théories actuelles en physique contemporaine.

Certains auteurs sceptiques pensent que ces théories ne sont pas conciliables avec les théories classiques tandis que d'autres chercheurs (on peut citer notamment Werner Heisenberg,le prix Nobel de physique Brian Josephson, Rémy Chauvin, ou encore le français Olivier Costa de Beauregard, chercheur en physique quantique) pensent que les théories du psi n'invalident pas les modèles de physique contemporains, mais qu'ils les complètent.

Au niveau théorique, les sceptiques critiquent généralement le fait que le « support » de l'information et un éventuel organe « récepteur » n'aient pas été mis en évidence. Pour les parapsychologues, les effets psi ne fonctionnent pas selon les mêmes modalités que les autres phénomènes physiques, et par conséquent parler de support d'information et d'organe récepteur est inadapté.

Anormalité et causalité

Les expériences de parapsychologie tentent de mettre en évidence des déviations statistiques anormales liées à un paramètre de l'expérience (par exemple le taux de réussite que les sujets ont à deviner la couleur d'une carte en fonction de cette couleur) or, une corrélation n'implique pas que le lien est le psi. Cela peut être dû à des paramètres cachés de l'expérience.

 L'effet expérimentateur

Le terme d'effet expérimentateur prend un sens particulier dans le domaine de la parapsychologie. C'est une forme particulière de l'effet mouton-chèvre au niveau de l'expérimentateur. Les parapsychologues émettent l'hypothèse que l'expérimentateur pourrait avoir une influence sur les résultats de façon psi (et non pas de façon classique, par exemple avec l'effet Rosenthal). Les sceptiques, à l'inverse, y voient un effet Rosenthal classique. La possibilité de distinguer d'éventuels effets psi provenant des sujets avec ceux provenant des expérimentateurs est un débat important au sein de la communauté des parapsychologues.

Activité cérébrale

Si le psi existe, il doit être possible d'identifier une activité cérébrale particulière lors d'une tâche psi. Certaines études semblent suggérer des corrélations des EEG entre sujets isolés. Ce type de corrélation a aussi été mis en évidence par IRMf. Une activité cérébrale avant présentation d'un stimulus visuel a aussi été mise en évidence dans une expérience sur le pressentiment. Cependant, une étude récente utilisant aussi l'IRMf, n'a trouvé aucune différence d'activation cérébrale entre une tâche psi et une tâche similaire non psi. Les auteurs de ce dernier travail affirment que leur recherche apporte une preuve forte en défaveur de l'existence du psi.

Les applications potentielles de la parapsychologie

Dans le domaine du renseignement

Les travaux les plus connus sur le sujet sont ceux effectués sous l'égide de la CIA, dont le dernier nom de code fut « Stargate ». Durant près de 20 ans, un programme top secret fut dirigé par la CIA et impliquait un groupe de sujets psi sélectionnés et entrainés en vue d'applications dans le domaine du renseignement. Le sujet censé être le plus doué dans cette équipe, Joe McMoneagle, a reçu la croix du mérite pour son travail. La CIA a demandé à deux observateurs, Ray Hyman et Jessica Utts, de juger les résultats de ces travaux. Leurs avis divergent. Leurs rapports sont consultables en ligne.

Dans le domaine de l’expérimentation Clinique

Les expériences cliniques faites par Le Centre de la Santé Laval sous l’égide du Dr Gerry Otis Ph.D lui a valu la foudre du collège des médecins du Québec. Il était dans les années 1970 le président de l’association Internationale des Parapsychologues et avait plus de 1500 membres actifs qui pratiquaient sous différentes formes tout ce qui pouvait se rapprocher de l’étude comportementale de l’être humain et de ses capacités mentales. Le Psi.

Il y enseignait toutes les science parallèles et holistiques qui pouvaient créer un phénomène ou une soi disant réalité avec succès. Mais comme à ce moment là ses pratiques étaient encore inconnu et étaient perçu comme du charlatanisme il a du quitté le Québec.

Exemple : La chiropratique, l’acupuncture, la kinésiologie, la kinésithérapie, l’hypnotisme, le magnétisme de Mesmer, la numérologie. La chiromancie, la physionomie analytique, la synergologie, la radiesthésie la télépathie, la psychosomatique, la psycho analyse, la voyance, clairvoyance, médiumnité et bien d’autres encore faisaient partis de son répertoire d’enseignement, de recherches, de pratiques collectives et de statistiques.

Aujourd’hui, 45 ans plus tard plusieurs de ces pseudo sciences sont reconnus et pratiqués professionnellement dans des cliniques et hôpitaux.

À la lecture de ses trois livres qu’il a écrit Types de personnalité, Psycho Numérologie 1 et Psycho Numérologie 2 on peut facilement dire et prouver que nous sommes maitres de notre destin.

La situation en France

En France, la parapsychologie n'est pas reconnue comme une discipline scientifique et n'est enseignée dans aucune université publique. Elle est l'objet d'un enseignement limité à l'Institut Catholique de Lyon.

Le principal organisme de recherche sur le sujet est l'Institut métapsychique international. Sous son égide s'est déroulé le Projet Agape concernant la télépathie entre les participants à deux groupes séparés phoniquement et visuellement. Ce projet a été mené avec la participation de plusieurs statisticiens toulousains appartenant à l'Université des Sciences Sociales, à l'Université Paul-Sabatier et à l'INRA. Cette étude a donné des résultats qui ne s'écartent pas de l'hypothèse Ho selon laquelle un tirage au sort aurait pu produire un résultat analogue.

L'IMI créé en 1919, a notamment compté parmi ses membres fondateurs, Charles Richet, (prix Nobel de physiologie).

Le Groupe d'Études Expérimentales des Phénomènes Parapsychologiques (GEEP) et la "Revue de Psychotronique" s'intéressent également au sujet.

Le laboratoire de zététique d'Henri Broch, propose pour sa part une approche "sceptique" de ces phénomènes, c'est-à-dire qu'il chercherait, avec la méthode scientifique, à étudier les phénomènes « paranormaux » et notamment les phénomènes psi.

TOUT CE QUE REPRÉSENTE LA PARAPSYCHOLOGIE !!!

 

Retour à son enseignement privé et consultation guide.

Dr Gerry Otis Ph.D à sa retraite depuis quelques années avec l’ère de la technologie moderne de l’Internet, nous reviens pour nous permettre de mieux comprendre ces pseudo sciences et comment les mettre en application pratique pour chacun de nous et se prévaloir de nos capacités Psi.

Références parapsychologiques

Dean Radin. La conscience invisible, Ed Presses du Châtelet, 2000. Recense toutes les avancées de la recherche en parapsychologie.

  • Broughton R.S., Parapsychologie, une science controversée. Ed du Rocher, 1995
  • Collectif, Paranormal entre mythes et réalités (sous la direction d'E.J. Duits et E. Raulet), Dervy 2002. Préface de Rémy Chauvin, contributions de Bertrand Méheust, Jacques Vallée, Mario Varvoglis, Djohar Si Ahmed, Paul-Louis Rabeyron...
  • Renaud Evrard, Enquête sur 150 ans de parapsychologie, Trajectoire, 2016.
  • Lucadou (von), Walter. The Model of Pragmatic Information. Proceedings of the 30th Parapsychological Association Convention, 1987.
  • Lucadou (von), Walter. The Endo-Exo-Perspective Heaven and Hell of Parapsychology. Proceedings of the 37th Parapsychological Association Convention, 1994.
  • Palmer, Extrasensory Perception, Advances in Parapsychological research, vol.2 (New York : Plenum, 1978, p. 59-243
  • Yves Lignon, Quand la science rencontre l'étrange, étude sur les grands cas de phénomènes parapsychologiques par un mathématicien-statisticien, Éditions Les 3 Orangers, 2004
  • Morisson J., La Voyante et les scientifiques, état de la science en matière de recherches sur la parapsychologie (Éditions Les 3 Orangers, 2005)
  • Morisson J. et Lignon Y., Parapsychologie, le dossier. Les acteurs, la science, la recherche, Éd. Les 3 Orangers 2007, ISBN 978-2-912883-60-5, présentation synthétique, par ordre alphabétique des thèmes de travaux et des résultats.
  • Bertrand Méheust, 100 mots pour comprendre la voyance, 2005, les empêcheurs de penser en rond, 450 pages
  • Le paranormal de mes yeux vu ..., RANKY, Éditions Trajectoire, avril 2006
  • La Parapsychologie : réalité ou fantasme ?, Jean MOISSET, Ed. JMG Éditions, 1998
  • Sous la direction de Bernadette BENSAUDE-VINCENT et Christine BLONDEL, des savants face à l'occulte, Éditions La Découverte, ISBN 2-7071-3616-6, janvier 2002
  • Magie, sorcellerie, parapsychologie Direction scientifique Hervé HASQUIN, Ed. de l'université de Bruxelles - 1984, 237 pp.
  • Pascal Forget, Y croyez-vous ?, Stanké, Montréal, 1999.
  • Ernesto de Martino, Le monde magique, traduit de l'italien par Marc Baudoux, coll. Les empêcheurs de penser en rond, Institut d'édition Sanofi-Synthélabo, Paris, 1999.
  • Gerry Otis Ph.D, Les Types de personnalité, La Psycho Numérologie 1, La Psycho Numérologie 2, Montréal, 2010